Atelier parure préhistorique

Rédigé par Archeolithe Aucun commentaire

illustration-parure-prehistorique

L’intérêt pour les riches parures et autres ornements est attesté à l’époque paléolithique. Du bracelet au collier en passant par les pendentifs, bagues et anneaux aux chevilles, un large éventail de bijoux datant de cette période fut en effet recensé. Il en existe de plusieurs sortes : aux côtés des colliers et bracelets réalisés à partir de dents d’animaux, peuvent être cités les colliers fabriqués avec des coquillages.

Les premiers témoignages de l’utilisation de coquillages à des fins ornementales ont été recensés en Afrique et au Proche Orient. Alors qu’à l’époque les coquillages des parures proviennent des plages, l’arrivée en Europe des hommes du Paléolithique a poussé ces derniers à chercher ailleurs leurs ornements. Ils s’appuyèrent donc sur les ressources fossilifères à proximité, permettant la confection de parures avec des coquillages fossilisés aux formes variées et préservés des dégâts du temps.

L’équipe d’Archéolithe propose des ateliers de découverte des parures paléolithiques, réalisées à partir de coquillages vieux de 50 millions d’années. C’est l’occasion pour les enfants d’explorer les techniques de confection de bijoux datant du Paléolithique et de saisir les différentes fonctions de ces parures.

 Pour Archéolithe, Farah Hachab

Sources :

Foss’île-de-France. Les coquillages fossiles dans la parure préhistorique, 2015.

Kuhn, Steven L, Mary C. Stiner, « Les parures au paléolithique. Enjeux cognitifs, démographiques et identitaires », Diogène, vol. 214, no. 2, 2006, pp. 47-58.

Atelier calligraphie et enluminures : aux origines du français

Rédigé par Archeolithe Aucun commentaire
Classé dans : Stages Mots clés : animations médiévales, calligraphie

En avril dernier, Archéolithe a élaboré une nouvelle activité autour de l’évolution de la calligraphie. A travers un atelier de deux heures, l’équipe d’Archéolithe propose en effet aux enfants de découvrir les diverses origines de la langue française.

Du latin au français en passant par les langues romanes, les élèves explorent les différentes langues présentes sur notre territoire dès le début du Moyen Âge. C’est également l’occasion de se pencher sur les diverses calligraphies au sein du royaume de France et sur les belles enluminures des moines copistes au Moyen Âge.

Mais l’évolution de l’écriture dépend fortement de son usage, lui-même intimement lié au contexte politique de l’époque. C’est donc l’occasion d’appréhender l’époque médiévale dans son ensemble, au travers du prisme de l’écriture. Ainsi est mentionné le célèbre empereur Charlemagne, sous l’initiative duquel est mis en place une nouvelle forme de calligraphie : la minuscule caroline dont la naissance prend ancrage dans une volonté impériale d’unifier le pays et de simplifier l’administration.

Parallèlement à cette mise en contexte de l’émergence du français, les enfants auront la possibilité de découvrir la calligraphie par la pratique. Munis d’une plume d’oie, les élèves réalisent une enluminure avec des écritures et des ornements suivant les techniques d’antan.

Fil RSS des articles